Aidants d’une personne handicapée : quels congés pour souffler ?

Des difficultés à concilier travail et aide à un proche en situation de handicap ? Besoin de souffler ? Grâce au nouveau dispositif légal du “droit au répit”, des congés adaptés à votre situation vous permettent de dégager du temps. Et de recharger vos batteries !

Aidants d’une personne handicapée : quels congés pour souffler ?

Le rôle de proche aidant est un “travail” à temps complet, qui demande de l’énergie et de la disponibilité.  Le besoin de mettre son activité professionnelle entre parenthèses pour s’occuper d'une personne handicapée… ou tout simplement pour se requinquer se fait donc régulièrement sentir.

Bonne nouvelle : votre statut d’aidant vous donne droit à des congés spéciaux.

 

Le congé de proche aidant : une “pause” pour s’occuper d’un proche

Vous pouvez obtenir auprès de votre employeur un congé de proche aidant pour mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle.

 

Puis-je en bénéficier ?

Vous êtes une salarié(e) qui apporte une aide « régulière et fréquente » à une personne handicapée, à titre non professionnel, pour « accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne » ? Ce congé s’adresse à vous !

La personne aidée peut être votre conjoint, un parent, un enfant, un autre membre de votre famille ou belle-famille, un voisin, un proche… Vous devez résider en France de façon stable et régulière.

 

Quelle est sa durée ?

La durée du congé de proche aidant est fixée par défaut à 3 mois, mais il peut être prolongé. Pour autant, la durée totale ne peut pas excéder 1 an sur l’ensemble de votre carrière professionnelle.

 

Comment suis-je indemnisé ?

En tant que  salarié(e), vous percevrez une allocation journalière du proche aidant (AJPA). Elle est versée par les caisses d'allocations familiales CAF ou de la Mutualité sociale agricole (MSA) selon le régime dont vous relevez.

Cette allocation vise à compenser une partie de la perte du salaire mensuel causée par le congé, avec un maximum de 22 jours d’AJPA par mois. Elle est versée dans la limite de 66 jours. Son montant journalier est de :

  • 43,83 € si vous vivez en couple
  • 52,08 € si vous vivez seul(e)

 

Bon à savoir

À la fin du congé de proche aidant, vous retrouvez votre emploi ou un emploi similaire, assorti d'une rémunération au moins équivalente. Vous avez droit à un entretien professionnel avec votre employeur (avant, ou après ce congé).

 

 

Des “vacances répit” pour partir avec son proche dans un environnement adapté

Les vacances en famille, un rêve ? Mais en compagnie d’un proche handicapé, leur organisation est forcément plus complexe… Voici comment organiser cette escapade familiale en toute sérénité.

 

Comment cela fonctionne-t-il ?

Première option : “Vacances Répit Famille” organise votre séjour sans séparation d’avec votre proche aidé. Vous séjournez alors dans un village vacances disposant d’un environnement et d’un accompagnement adapté, et prenant en compte les envies de chacun.

 

Vous préférez organiser vos vacances en toute autonomie ? Les établissements labellisés “Tourisme & Handicap” sont accessibles partout en France pour accueillir les familles de handicap auditif, mental, moteur et visuel.

 

Bon à savoir

Au 31 mai 2020, 2 151 sites touristiques ont reçu la marque “Tourisme & Handicap” pour les 4 familles de handicap, soit 52% des sites détenteurs de la marque.
 

Répartition des sites par type de déficience :

  • 91% handicap auditif
  • 96% handicap mental
  • 78% handicap moteur
  • 66% handicap visuel

Trouver un site “Tourisme & Handicap”

 

Le congé de solidarité familiale : pour prendre le temps d’accompagner un proche en fin de vie

Accompagner un proche en fin de vie est une épreuve difficile physiquement et psychologiquement. Pour vouos soulager, vous pouvez demander à votre employeur un congé de solidarité familiale.

 

Puis-je en bénéficier ?

Si vous êtes :

  • salarié, travailleur indépendant ou demandeur d’emploi indemnisé par Pôle Emploi
  • proche aidant d’un ascendant, d’un descendant, d’un frère ou une sœur, d’une personne partageant votre domicile
  • ou désigné comme sa personne de confiance par une personne en situation de handicap.

Alors vous pouvez demander à bénéficier d’un congé de solidarité familiale.

 

Comment le demander ?

Il faut en faire la demander auprès de l’employeur ou de Pôle Emploi, au moins 15 jours avant la date de début souhaitée. Ce congé peut être pris en continu, de manière fractionnée ou transformé en période d’activité à temps partiel.

 

Quelle est sa durée ?

 Elle est de 6 mois maximum (3 mois, renouvelable une fois).

 

Comment suis-je indemnisé ?

L’allocation est versée de manière journalière, et son montant est de :

  • 56,27 € par jour, dans la limite maximale de 21 jours s’il s’agit d’un congé plein
  • 28,14 € pour 42 jours maximum si le congé de solidarité familiale est à temps partiel

 

Bon à savoir

Prendre un congé est une solution pour souffler, mais il existe d’autres solutions de répit, notamment des systèmes d’hébergements temporaires pour votre proche.

Aidants : les autres solutions pour souffler

 

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu