La domotique au service des personnes en perte d’autonomie

Télésurveillance, géolocalisation : quels équipements pour la sécurité de vos proches ?
Crée le : · Mis à jour le : 13/09/2021 17:11:02 · Temps de lecture :
2 minutes

La domotique; c’est l'ensemble des techniques (électronique, automatisme, informatique, télécommunications…) permettant contrôler à distance les différents équipements d’un bâtiment : ouverture et fermeture de portes et volets, température, systèmes d’alarmes et de sécurité, etc.

Plus concrètement, une installation domotique va se composer :

  • d’un “centre de contrôle” et d’interfaces permettant de le piloter : une box, une télécommande, une application qui permet de contrôler le système et de le commander,
  • d’automatismes contrôlables à distance : un volet roulant motorisé, une alarme, un contrôleur de chaudière…

Comment la domotique favorise le maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie ?

Si elle ne remplace pas la présence et l’assistance humaine, la domotique permet donc d’améliorer les conditions de vie à domicile. En particulier lorsque l’habitant est en situation de perte d’autonomie : moins mobile, affecté d’un handicap (physique, sensoriel, psychique) qui lui rend plus difficile la réalisation de gestes du quotidien.

Les bénéfices de la domotique ? 

  • plus de sécurité, grâce à l’installation de systèmes de télésurveillance qui facilitent le recours à une aide extérieure, mais aussi parce qu’elles limitent les gestes “à risque”
  • un meilleur suivi de la santé, grâce au monitoring à distance et aux fonctions d’appel en cas de souci
  • un plus grand confort de vie : gestion du chauffage, de la lumière, etc.
  • des économies d’énergie

Télécharger le guide - Choisir l’hébergement le mieux adapté à la perte d’autonomie

Domotique et sécurité : protéger le domicile et ses habitants

Premier avantage à connecter et automatiser un certain nombre d’équipements de la maison : la sécurité, de la personne comme du domicile. Dans le cas d’une personne en perte d’autonomie, ces équipements vont faciliter la sécurisation du domicile, et rassurer les proches aidants lorsqu’ils ne peuvent être présents.

Dans cette optique, il s’agira par exemple d’installer :

  • un interphone ou visiophone avec commande d’ouverture de la porte d’entrée, autant pour pouvoir donner accès aux personnes autorisées que pour éviter de se déplacer vers l’entrée
  • des détecteurs d’ouverture (portes et fenêtres), reliés à un service de téléassistance pour prévenir en cas d’instrusion mais aussi surveiller une personne désorientée ou sujettes aux fugues…
  • des caméras et des détecteurs de mouvement, à la fois pour surveiller la maison et ses abords, mais aussi pour déclencher l’éclairage, et réduire le risque de chutes…
  • un système d’ouverture/fermeture des portes et volets, actionnable à distance, pour être certain d’avoir bien sécurisé la maison, soit en cas d’absence, soit le soir.

Téléalarme, téléassistance : pour vivre en toute sécurité chez soi

Domotique et santé : une aide à la surveillance et à l’assistance

Organiser les soins, s’assurer de la bonne prise des traitements, et plus globalement surveiller l’état de santé : autants d’enjeux essentiels lorsqu’une personne en perte d’autonomie vivant encore à son domicile, et non dans un environnement médicalisé comme un Ehpad.

Là encore, la technologie et la domotique ne peuvent pas tout, et surtout pas se substituer à une aide humaine. Mais ils peuvent aider, avec par exemple :

  • des détecteurs de chute et/ou de mouvement, permettant d’alerter un service de téléassistance qui contactera ensuite les secours en cas de non-réponse. 
  • un système d’alerte relié à des objets connectés à vocation médicale (pilulier connecté, bracelet ou collier connecté…)

Quels objets connectés pour lutter contre la perte d'autonomie ?

Domotique et confort de vie : moins de déplacements pour l’habitant

Avec la sécurité, le confort est l’autre grande motivation pour installer un système domotique chez soi. C’est valable pour n’importe qui, et donc aussi pour une personne en perte d’autonomie : rendre sa maison plus facile à vivre, c’est une façon de favoriser aussi longtemps que possible le maintien à domicile.

Tout ce qui se fait avec un interrupteur ou une poignée peut être automatisé et piloté à partir d’un poste fixe, ou à distance. Mais concrètement, en quoi cette automatisation va améliorer le confort de l’habitation ?

  • en rendant moins pénible des actions comme l’ouverture et la fermeture des portes, portails, fenêtres, volets… sans avoir à se déplacer, à sortir de sa voiture...
  • en réduisant les déplacements potentiellement risqués : extinction des éclairages du rez-de-chaussée lorsqu’on est à l’étage, fermeture de velux en hauteur, etc.

Cet enjeu de confort rejoint donc celui sur la sécurité des personnes en perte d’autonomie : la domotique, notamment pour les personnes âgées, va minimiser le risque de chutes et d’accidents domestiques.

Prévenir les chutes et accidents chez les personnes âgées

Domotique et économies d’énergie

Dernier avantage de la domotique : la maison connectée, c’est la promesse de mieux maîtriser ses dépenses d’énergie. L’âge et la perte d’autonomie engendrant souvent des dépenses supplémentaires (travaux d’adaptation, services à domicile, soins…), l’argument n’est pas à négliger.

Pour maîtriser sa facture d’énergie, une solution domotique va permettre de :

  • programmer son chauffage selon les heures et les pièces, voire l’arrêter ou le remettre en route à distance,
  • programmer l’éclairage (extinction des feux à certains horaires) ou l’automatiser (minuterie, allumage par détecteur de présence),
  • piloter ou programmer la mise en route de certains équipements (machines à laver) aux heures creuses.

Pour en savoir plus