Quels objets connectés pour lutter contre la perte d'autonomie ?

Quels objets connectés pour lutter contre la perte d'autonomie ?
Crée le : · Mis à jour le : 30/04/2021 11:01:46 · Temps de lecture :
2 minutes

Podomètres, bracelets, montres, piluliers ou tasses : les objets connectés permettent de suivre l’état de santé des personnes âgés ou en perte d’autonomie, d’alerter aidants et soignants, et donc de favoriser le maintien à domicile.

Les Français vivent de plus en plus longtemps, et les seniors représentent une population de plus en plus nombreuse : de 12,6 millions de personnes âgées de 60 ans ou plus en 2005 (1 Français sur 5), on passera à 22,3 millions en 2050 (1 Français sur 3). 

Or ces seniors désirent, dans leur grande majorité, vieillir chez eux. Il s’agit donc, pour eux comme pour les aidants qui les accompagnent au quotidien, de trouver des solutions de maintien à domicile : rendre la maison plus sûre, et s’assurer que leur proche est en parfaite sécurité. 

Et l’une des réponses à cet enjeu réside dans les objets connectés : en captant, stockant et transmettant des données (notamment liées à la santé), ces objets “intelligents” rendent moins indispensable la surveillance permanent d’une personne âgée ou en perte d’autonomie.


Télécharger le guide - Choisir l’hébergement le mieux adapté à la perte d’autonomie

Des seniors déjà bien connectés

Le sujet est dans l’air du temps, et les seniors ont bien connaissance du concept d’objets connectés : 3 personnes âgées sur 4, d’après une étude réalisée par l’Institut Français des Seniors en 2016,  ont déjà entendu parler des objets connectés. Un tiers d’entre eux a déjà utilisé l’un de ces objets connectés. 

Ce qu’ils attendent de ces objets ?

  • qu’ils aident à prévenir un accident de santé (59% des réponses)
  • qu’ils aident à se maintenir en forme (19%)
  • qu’ils facilitent un aspect de leur vie quotidienne (13%)

Fort logiquement, c’est dans ces trois dimensions que les fabricants d’objets connectés pour les personnes âgées ont orienté leurs efforts...

Les objets connectés au service de la santé des seniors

Les tasses, bouteilles ou fourchettes connectées : pour une meilleure nutrition

Avec l’âge, les sensations de faim ou de soif tendent à s’estomper. Les seniors sont donc plus sujets à la dénutrition et à la déshydratation que la moyenne, avec des conséquences potentiellement graves sur leur santé.

En la matière, l’imagination des concepteurs d’objets connectés semble sans limite :

  • des tasses, verres ou bouteilles connectées permettent de détecter si une personne âgée a effectivement bu (et en quelle quantité),
  • la fourchette connectée et la balance connectée permettent de suivre la quantité de calories ingérées (dans une optique de lutte contre l’obésité par exemple) mais aussi de contrôler que le repas a bien été pris (lutte contre la dénutrition),
  • il existe également des frigos connectés capables d’identifier si des aliments ont été sortis, et lesquels : une autre façon de s’assurer du repas d’une personne âgée ou dépendante.

Le pilulier connecté : pour suivre la prise des médicaments

La non-observance des traitements médicaux (par oubli, lassitude, crainte des effets secondaires…) représente un véritable enjeu de santé publique. Et encore plus sur des populations âgées, qui sont soumises à des traitements plus nombreux, et plus complexes.

Pour une personne âgée comme pour ses proches, il est donc essentiel de pouvoir s’assurer de la bonne prise des médicaments, et c’est précisément à quoi sert le pilulier connecté : les compartiments sont généralement remplis par le médecin traitant, et s’allument et s’ouvrent au moment prévu de la prise. Une application mobile permet par ailleurs de rappeler au patient de prendre ses médicaments, tout en alertant proches et soignants si cela n’a pas été fait.

Podomètres, cannes et bracelets : pour “monitorer” l’activité physique

Marcher, faire un peu d’exercice, suivre des indicateurs comme le rythme cardiaque, les calories perdues, les cycles du sommeil, ou la tension : entre bien-être, prévention et santé connectée, ces objets permettent de maintenir un bon niveau de santé générale, voire d’alerter un service de téléassistance en cas de dégradation de l’état de santé, ou de chutes.

Pour les personnes ayant des difficulté à se mouvoir, des cannes intelligentes offrent le même genre de services : détection de chutes, nombre de pas effectués, géolocalisation et guidage grâce à un GPS intégré.

Le coussin connecté : l’outil anti-escarres

Les escarres (lésions cutanées dues à une position assise ou allongée prolongée) touchent souvent les seniors. Glissé sous un coussin ou un oreiller, un petit tapis connecté permet d’analyser la position de son propriétaire, et si besoin d’envoyer une alerte pour inviter à changer de position. 

La montre connectée : un “assistant santé personnel”

Véritables petits smartphones portés en permanence au poignet, les montres connectées tendant à devenir le “tout en un” de la surveillance santé des seniors. En effet, elles permettent :

  • de suivre l’état de santé d’une personne âgée (activité physique, tension, rythme cardiaque…)
  • de communiquer grâce à des fonctions d’appel intégrées (ou couplées à un téléphone mobile)

Les objets connectés assurant la sécurité des seniors 

Parce qu’elles sont moins mobiles et plus vulnérables, les personnes âgées nécessitent une surveillance régulière. Surveillance que leurs aidants ne peuvent pas forcément assurer en permanence. En remplacement ou en complément de services de téléassistance, les objets connectés vont venir pallier l’absence d’une aide à domicile.

Le pendentif ou médaillon connecté : un “bouton d’appel” à portée de main

D’un fonctionnement très simple, ces petits objets permettent à la personne qui le porte autour du cou de contacter ses proches ou son service d’assistance à distance facilement et rapidement, en pressant simplement un bouton.

Sols et ceintures connectées : les détecteurs de chute

Effectuer un appel d’urgence, c’est parfait lorsqu’on est encore conscient. Mais en cas de chute, un pendentif connecté peut ne pas suffire. Avec une ceinture connectée, munie d’un accéléromètre qui détecte les chutes, voire d’airbags qui préviennent le risque de fracture de la hanche, les proches peuvent être alertés automatiquement. 

Dans le même esprit, des sols connectés (aujourd’hui surtout installés dans des établissements spécialisés), vont pouvoir détecter les chutes grâce à une puce insérée sous le sol, et alerter immédiatement le personnel aidant ou les proches de la personne concernée.

BON À SAVOIR
La chute est l’un des principaux risques pour les seniors. Chaque année, 450 000 personnes chutent. Elles sont la première cause de décès accidentel chez les plus de 65 ans. Chaque année 9 300 personnes âgées de plus de 65 ans décèdent des suites d'une chute.

L’adaptation du domicile est donc un enjeu important pour limiter le risque de chute des personnes âgées et leur permettre de bien vieillir chez elles.

 La tablette connectée : pour rester en lien

A côté des tablettes grand public (iOS ou Android), des modèles spécialement conçus pour les seniors facilitent le lien avec leurs proches, et leur assure d’être facilement joignable. Avec une tablette aux fonctionnalités simplifiées, une personne âgée dispose d’un agenda, d’une messagerie, de Skype, peut prendre des photos et les regarder, lire, jouer et surfer sur le web.


Pour en savoir plus