Le retour du pollen : gare aux allergies saisonnières !

Le retour du pollen : gare aux allergies saisonnières !
Crée le : · Mis à jour le : 30/04/2021 11:01:46 · Temps de lecture :
3 minutes

Les beaux jours ne sont pas les seuls à faire leur retour. Les allergies saisonnières aussi ! Le ministère de la santé estime qu’en 2019, 20 à 30 % des français en sont victimes. Si vous êtes concerné par ce véritable problème de santé publique, un médecin allergologue vous aidera à trouver votre substance allergène et vous proposera le bon traitement.

Les beaux jours sont de retour et, avec eux, leur lot d’allergies saisonnières. Si vous faites partie des 20 à 30 % de la population française qui en sont victimes, sachez qu’il est possible de les soigner et même de s’en prémunir. Petit bilan sur l’allergie saisonnière et les moyens de la soigner.

Qu’est-ce qu’une allergie saisonnière ?

Démangeaisons dans le nez, yeux qui pleurent, difficultés respiratoires et quintes de toux sont les symptômes les plus fréquents des allergies saisonnières. Mais à quoi sont-elles dues ?


Télécharger le guide - 6 idées pour aider sans s'épuiser

L’allergie saisonnière : c’est grave docteur ?

Les allergies saisonnières sont des affections respiratoires qui touchent surtout le nez (on parle alors de rhinite allergique, ou plus communément de "rhume des foins") ou les bronches (asthme allergique).

Elles commencent à se manifester au début du printemps, durent tout l’été et résultent d’une réaction « anormale » et excessive de l’organisme humain au contact d’un élément extérieur allergène. Il s’agit fréquemment de pollens qui circulent dans l’air et sont ensuite inhalés.

Même si ces affections demeurent souvent anodines, elles peuvent s’avérer très handicapantes, voire invalidantes en particulier chez les personnes asthmatiques.

Les causes des allergies saisonnières

A l’origine de ces affections allergiques, un facteur génétique donc héréditaire : elles surviennent chez des personnes dont le système immunitaire est dit « atopique », c’est à dire différent de la normale. Ces patients ont souvent un gène transmis par leurs parents favorisant une allergie.

La seconde explication est environnementale : selon la région où vous vivez, vous pouvez être sensible au pollen de différentes espèces d'arbres ou végétaux : bouleau, cyprès, olivier, chêne, frêne, graminées, herbacées… De nombreux polluants comme la fumée de tabac ou la pollution atmosphérique (industrielle ou liée à l'automobile), peuvent favoriser ou aggraver ces allergies.

BON À SAVOIR 
Le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) étudie le contenu de l'air en pollens et en moisissures susceptibles de provoquer des allergies. Son site internet (www.pollens.fr) informe sur la situation dans toutes les régions et vous permet de suivre le calendrier pollinique

Soigner les allergies saisonnières : les différents types de traitements

Heureusement, il existe des traitements très efficaces pour soigner ces affections respiratoires. On en distingue principalement deux.

Le traitement des allergies saisonnières par médicaments

En premier lieu, votre médecin traitant pourra vous conseiller différents traitements :  

  • Des antihistaminiques par voie générale ou locale,
  • Des corticoïdes locaux en spray ou en poudre, plus puissants,
  • L'usage d'un bronchodilatateur pour dilater les bronches, pour les asthmatiques.

L’ensemble de ces médicaments permettront d’atténuer, voire de faire disparaître tous les symptômes de vos allergies et amélioreront nettement votre quotidien.

Les traitement des allergies saisonnières par désensibilisation

Elle consiste à habituer petit à petit le corps à l’allergène qui le fait normalement réagir. Cela se déroule, sur plusieurs séances à dose croissante d’allergène, soit par injections sous-cutanées, soit  par des gouttes que l’on dépose sous la langue. La désensibilisation spécifique donne de bons résultats dans les allergies saisonnières et réduit ainsi la prise de médicaments.

Prévenir autant que guérir

Avant tout, pour soigner les allergies saisonnières, il faut les anticiper.

Vous éternuez souvent dès le mois février ? Ne tardez pas à voir votre médecin et demandez-lui s'il ne s'agit pas d'une allergie. Il vous prescrira une prise de sang pour mesurer vos anticorps. Des tests cutanés, réalisés par un allergologue, permettront de déterminer à quel(s) allergène(s) vous êtes sensible.

Quelques précautions à suivre

Si vous présentez une allergie saisonnière, quelques précautions de bon sens peuvent vous protéger, pendant la période où vous êtes sensible :

  • Évitez pique-niques et sports de plein air ;
  • Evitez de sortir lorsqu’il y a du vent ;
  • Portez chapeau et lunettes de soleil ;
  • Ne faites pas sécher votre linge, qui est une véritable “piège à pollen”, dehors ;
  • Rincez-vous les cheveux souvent pour en enlever le pollen.

Association asthme et allergies : N° Vert: 0800 19 20 21 ( Appel gratuit depuis un poste fixe)


Pour en savoir plus