NON STOP - Des démarches administratives longues et compliquées

Obtenir des aides financières, du matériel médical, accéder à un service, trouver une place dans un établissement ou encore bénéficier de soins exige de remplir de nombreux dossiers. Des démarches multiples à la charge de l’aidant familial, lorsque le proche aidé n’est plus en mesure de s’en occuper seul. De plus, l’aidant doit parfois effectuer des démarches administratives pour lui-même, afin d’aménager ses horaires de travail ou de demander un congé : cela alourdit des journées déjà pleines.

NON STOP - épisode 8

Trouver l’information nécessaire

Rassembler des documents, faire valoir ses droits et trouver les institutions et les services compétents est toujours compliqué et occupe beaucoup de temps, d’autant plus lorsque l’on n’est ni formé à le faire, ni correctement informé sur les prestations.

Beaucoup d’aidants se disent d’ailleurs ‘perdus’ dans ce dédale administratif et renoncent à faire des demandes, qui pourtant les soulageraient.

 

Je ne sais pas si nous pouvons cumuler plusieurs aides et si nous devrons ensuite les reverser à la succession. Je suis perdue et je voudrais que ma maman, âgée de 91 ans, finisse ses jours convenablement. Maylène

 

 

Si comme Marie, vous êtes perdu dans les sigles des institutions, les organismes de vos interlocuteurs et mélangez les prestations telles que l’AAH (l’Allocation Adulte Handicapé) ou encore l’APA (l'Allocation Personnalisée d'Autonomie), vous pouvez vous faire aider. Pour cela, vous pouvez consulter les sites d’information, contacter l’action sociale de votre caisse de retraite ou vous faire aider par le CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique) ou par une assistance sociale affectée à votre secteur de domicile.

 

 

Ma crainte dans les prochaines années est de voir augmenter le nombre d’heures des aidants  à consacrer à leurs proches, fautes d’aides financières suffisantes et de ressources personnelles pour payer les établissements d’accueil ou les aides professionnelles à domicile. Guy

 

Les conseils de Graziella Cotti, psychologue clinicienne et psychologue du travail : gérer les démarches administratives

Pour bon nombre d’aidants les démarches administratives sont vécues comme une ‘double peine’. Leur complexité peut les faire fuir, d’autant que les démarches se chiffrent en temps passé, sans travailler (car dans les heures ouvrables) et loin de l’aidé.

 

Malgré tout, il convient de prendre ce temps, essentiel à l’organisation et la planification de l’accompagnement. Développer des relations respectueuses et de qualité avec les interlocuteurs permettra non seulement de rendre plus accessibles les dispositifs prévus, mais aussi de maintenir un lien, de limiter la défiance à nos institutions, souvent perçues comme insensibles au vécu de l’aidant.

 

Conseil

Comme Marie, vous vous sentez perdu en face des professionnels et de tous les sigles qu’ils utilisent….  Se repérer dans l’administration n’est déjà pas facile mais quand on s’occupe d’un proche c’est encore plus compliqué !

 

Rendez-vous sur les sites d’information, comme Essentiel Autonomie, vous récolterez plein d’éléments pour comprendre les dispositifs existants et les aides à votre disposition.

 

Vous pouvez aussi contacter l’action sociale de votre caisse de retraite complémentaire (ou celle de votre proche). Elle pourra vous orienter vers les bons interlocuteurs.

 

Téléchargez le guide : 6 idées pour aider sans s'épuiser

 

Vous aidez un proche au quotidien ?
Téléchargez le guide !

Les informations que vous nous communiquez font l’objet d’un traitement par votre institution de retraite complémentaire en vue de l’exécution de sa mission d’action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution, y compris les assistantes sociales et, s’il y a lieu, ses partenaires et ses sous-traitants éventuels.

En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit de demander l’accès, la rectification ou l’effacement de vos données, et de décider du sort de celles-ci après votre décès. Vous disposez également du droit de vous opposer au traitement de vos données pour motifs légitimes, de limiter leur traitement et d’un droit à la portabilité de vos données personnelles dans les limites fixées par la loi. Ces droits peuvent être exercés directement sur notre site via nos formulaires, par email à dpo@malakoffhumanis.com ou par courrier à Malakoff Humanis, Pôle Informatique et Libertés, 21 rue Laffitte 75317 Paris Cedex 9. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données à caractère personnel accessible sur notre site internet.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu