5 étapes pour mettre en œuvre une “politique aidants” efficace dans votre entreprise

Plus d’1 salarié sur 5 assume un rôle de proche aidant. En tant qu’employeur, vous souhaitez les accompagner et les soutenir ? De la conception à la mise en œuvre, voici les clés de la réussite d’une politique d’entreprise efficace.

politique aidants en entreprise

Avec 20% des effectifs des entreprises d’ores et déjà concernés, la part des salariés assumant le rôle proche aidant ne cesse de croître. Pas étonnant, donc, de voir dirigeants et DRH se pencher de ce nouvel enjeu social et réfléchir à des politiques internes “gagnant-gagnant”, pour les salariés comme pour l’entreprise. C’est votre cas ? Voici une méthodologie pour vous permettre d’avancer.

 

Bon à savoir

Pour répondre aux attentes et enjeux des entreprises, Malakoff Humanis propose le Diagnostic et protection du capital humain, une démarche d’accompagnement personnalisée qui intègre des solutions particulièrement adaptées au contexte COVID-19.

 

Etape 1. Établir un diagnostic et définir une politique d’entreprise

Avant l’action, la réflexion : telle est la clé pour la mise en œuvre d’une politique aidants lucide et efficace.

Analyser les situations et les besoins

Pour améliorer la situation des salariés aidants au sein de l’entreprise, il faut déjà avoir une vision claire de leur situation et de leurs besoins. Des enquêtes aux questionnaires, en passant par les groupes de paroles ou d’échanges, les outils sont nombreux pour permettre aux dirigeants de recueillir et recenser des données aussi indispensables que :

  • la part des salariés qui prennent en charge un proche dépendant,
  • la situation des proches dont ils ont la charge et les contraintes que cela leur impose,
  • les difficultés éprouvées pour concilier vie professionnelle et charge de proche aidant,
  • les besoins des salariés concernés.

Respecter l’anonymat des salariés aidants

Discrimination, stigmatisation… les salariés aidants craignent d’être mis à l’index si leur situation est connue, raison pour laquelle ils ont tant de mal à en faire part.[1]  Vous devrez donc veiller à recueillir les données de votre enquête interne de façon totalement anonyme.

 

Définir un plan d’action

Une fois l’ensemble des données recueillies, un plan d’action peut être mis en place qui prendra en compte et viendra enrichir, le cas échéant, les différentes mesures déjà à l’œuvre au sein de la structure.

Plus ou moins ambitieux, en fonction de la taille mais aussi des moyens dont l’entreprise dispose, cette politique - aidant peut prendre la forme :

  • d’actions ponctuelles autour desquelles l’entreprise peut choisir de communiquer,
  • de projets, mesures et initiatives formalisées dans le projet RSE de l’entreprise,
  • de la signature d’accords d’entreprises et/ou de branches.

 

bon à savoir

Vous êtes dirigeant ou DRH et cherchez des solutions concrètes pour accompagner vos salariés aidants ? Malakoff Humanis est parti à la recherche de quelques exemples d’initiatives qui ont déjà fait leurs preuves.

 

Etape 2. Informer les salariés sur la fonction et les droits des aidants familiaux

Selon le Baromètre des aidants 2019 de la fondation April et l’institut BVA, 54% des aidants ignorent qu’ils le sont. Le premier enjeu stratégique pour la réussite de toute politique – aidant sera donc d’informer et de sensibiliser les salariés à propos de ce statut.

 

Les informations les plus utiles pour les salariés - aidants

Nombreux sont les salariés aidants qui ignorent tout de leurs droits. Vous pouvez donc les soutenir en répondant prioritairement aux questions qu’ils se posent sur :

  • leur statut de proche aidant et le cadre juridique qui le définit,
  • les aides financières auxquelles ils peuvent prétendre,
  • les solutions de répit qui leurs sont offertes,
  • les interlocuteurs privilégiés auxquels ils peuvent s’adresser,
  • les services, intervenants et professionnels extérieurs auxquels ils peuvent faire appel.

Multiplier les supports de communication

Pour que vos actions de communication portent, multipliez les formes et les supports, et veillez à les rendre accessibles de manière continue à l’ensemble de vos salariés :

  • via des imprimés comme les brochures, courriers, affiches,
  • en ligne sur les sites web, des espaces dédiés, des plateformes d’échange, des newsletters,
  • avec vos propres guides d’information ou livres blancs à l’usage des aidants,
  • en “réel” :  rien ne remplace en effet les moments de rencontre et d’échanges soit avec les professionnels de votre entreprise (assistante sociale, ressources humaines, managers) soit avec des intervenants extérieurs.

 

bon à savoir

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à créer leurs propres supports d’informations à l’usage des aidants. C’est le cas par exemple de la banque BNP Paribas qui a mis en ligne gratuitement son guide pratique pour faire face à la perte d’autonomie

 

Etape 3. Impliquer les parties prenantes et mobiliser les ressources extérieures

Développer son expertise, déployer des actions coordonnées, créer des supports d’information, s’assurer de leur impact sur les salariés :  apporter des réponses adaptées à ses salariés aidants nécessite d’identifier toutes les ressources disponibles et mobilisables au sein d’une entreprise.

 

Impliquer l’ensemble des ressources internes à l’entreprise

Un salarié aidant qui a besoin d’être accompagné doit pouvoir se tourner vers des interlocuteurs privilégiés qui seront aussi des acteurs stratégiques de la politique – aidant déployée. Ce sont principalement :

  • le(s) dirigeant(s), moteur(s) et porteur(s) du projet,
  • le(s) responsable(s) RH qui en impulse(nt) la dynamique et en coordonne(nt)les actions,
  • les managers sur le terrain qui doivent créer un climat de confiance avec les salariés concernés,
  • les services sociaux et la médecine du travail qui pourront apporter des réponses rapides grâce à leur expertise et leur proximité avec les salariés,
  • les instances représentatives du personnel, médiateurs entre le personnel salarié et les instances supports,
  • le(s) acteurs de la communication qui auront pour mission de relayer le plus largement possible les engagements de l’entreprise auprès de ses salariés.

 

Rechercher et mobiliser l’ensemble des ressources externes

Une entreprise à elle seule ne peut apporter toutes les solutions aux difficultés rencontrées. Elle doit concevoir son action en complémentarité avec celle d’organismes extérieurs comme :

  • des organismes et services publics tels que les Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) et Centres Intercommunaux d’Action Sociale (CIAS), les Centres Locaux d’Information et de Coordination gérontologique (CLIC), les Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH), les Points Info Famille (PIF),
  • les organismes d’assurance maladie, caisses de retraite de base et complémentaires, les groupes de prévoyance,
  • le secteur associatif et notamment des associations telles que l’Association française des Aidants ou la Maison des aidants,

 

bon à savoir

L’Association Française des Aidants a mis en ligne une fiche pratique sur les principaux acteurs de l’accompagnement des aidants à solliciter. N’hésitez pas à la consulter 

 

Etape 4. Sensibiliser et former les managers

Seuls 35% des salariés aidants ont informé leur employeur de leur situation par peur d’être stigmatisés, bloqués dans leur avancement voire licenciés. Accompagner ses salariés aidants, c’est aussi leur garantir le soutien et la bienveillance de l’entreprise et cela passe par la sensibilisation et la formation de leurs interlocuteurs directs : les managers.

 

Les managers : des interlocuteurs stratégiques

En tant qu’acteur de « terrain » et interlocuteur direct des salariés, le manager occupe un poste stratégique dans le déploiement de la politique – aidant au sein de l’entreprise et a donc la possibilité et la responsabilité de :

  • repérer les signaux de faiblesse ou d’alerte chez les salariés qu’il encadre,
  • s’assurer de la transmission des informations sur toutes les actions de prévention ou d’accompagnement,
  • dialoguer avec les salariés aidants pour leur apporter des réponses ou les orienter vers les bons interlocuteurs,
  • gérer les aménagements horaires ou les absences imprévues,
  • créer un climat de confiance entre salariés et direction.

 

Formation des managers

Étant donné son importance, il est nécessaire de former régulièrement le manager aux problématiques de l’aidance, en particulier sur des sujets comme :

  • la connaissance du rôle d’aidant et de ses conséquence sur la vie professionnelle,
  • l’importance du soutien et de l’accompagnement des salariés aidants,
  • les modes de communication et d’échange avec les salariés-aidants,
  • l’appropriation des outils, services et réponses mis à disposition par l’entreprise.

 

Etape 5. Adapter en continu l’offre de service aux salariés aidants

Derrière le statut de salarié aidant, il convient de ne pas oublier le parcours de vie singulier de chaque individu et par conséquent individualiser l’accompagnement qui lui sera proposé et qui peut répondre à différents objectifs.

 

Objectif 1 : Informer

Pour aider et soutenir vos salariés aidants, l’action la plus déterminante est celle de répondre aux questions qu’ils se posent.

1. Être un proche aidant, qu’est-ce que c’est ?

Faites le point avec vos salariés sur la reconnaissance légale de la fonction d’aidant, les risques auxquels ils peuvent être confrontés et auxquels ils doivent être attentifs.

 

2. Salarié - aidant, comment souffler ?

Du congé de proche aidant au congé de solidarité familiale, en passant par des solutions d’hébergement temporaire, faites-leur connaître les nombreuses solutions de répit que la loi leur octroie pour soulager le poids de leur charge quotidienne.

 

3. Quelles aides financières pour les proches aidants ?

Prendre soin d’un proche a souvent un coût. Informer vos salariés des aides financières auxquelles ils ont accès leur permettra de mieux supporter leur responsabilité, voire même de les aider à financier des intervenants extérieurs qui leur feront gagner un temps précieux.

 

bon à savoir

Essentiel Autonomie met à votre disposition un petit lexique qui répertorie l’ensemble des aides et dispositifs de soutien auxquels avoir recours pour obtenir des aides financières

 

Objectif 2 : Orienter et conseiller

La charge de proche aidant est une responsabilité qui est lourde à porter, encore plus lorsqu’on doit la concilier avec une activité salariée. En tant que dirigeant ou DRH, vous n’avez sans doute pas toutes les solutions mais vous pouvez orienter vos salariés vers des professionnels ou tout simplement d’autres aidants qui pourront répondre à leurs questions.

Associations, groupes de paroles, plateformes d’échanges, il existe aujourd’hui de nombreux dispositifs de soutien pour les proches – aidants.

 

Objectif 3 : Accompagner

Pour accompagner et soutenir vos salariés dans leur charge quotidienne, il existe de nombreuses initiatives que vous pouvez mettre en œuvre et qui ont déjà fait leurs preuves.

Aménagement du temps de travail et flexibilité de la charge de travail

En tête de liste des difficultés rencontrées par les salariés aidants figure, pour 38% d’entre eux, le manque de temps. Pour y remédier, il existe de nombreuses solutions comme :

  • l’adaptation de l’offre de congés en fonction de la situation du salarié,
  • l’élargissement des autorisations d’absences ponctuelles,
  • la mise en œuvre d’un temps partiel,
  • la création d’un compte épargne-temps,
  • l’autorisation du don de RTT,
  • la démocratisation du télétravail.

 

Développer une offre de formation

Parmi les actions jugées les plus utiles par les salariés aidants, 48% d’entre eux témoigne du désir d’être formé sur les pathologies et les besoins des proches en perte d’autonomie.

La loi du 23 mai 2019 qui s’inscrit dans la prolongation de la loi de 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement, conforte et élargit les dispositifs de formation pour les proches aidants. Si elles n’ont pas pour vocation de substituer l’aidant au personnel de santé, ces formations les aident à assumer leur rôle.

Charge aux entreprises de se renseigner sur les offres de formation qui peuvent d’ailleurs s’inscrire dans le cadre du CPF et d’en informer leurs salariés.

 

Etape 6. Mesurer l’impact et améliorer en continu les actions

Il conviendra, en dernier lieu, de mesurer régulièrement l’impact des actions menées dans le cadre de la mise en œuvre de la politique aidant, notamment par des retours d’expérience et des réunions entre les différentes parties prenantes. L’analyse de ces retours permettra d’adapter, améliorer et enrichir l’offre de service déjà proposée.

La valorisation des actions d’accompagnements

Afin d’être aidé et soutenu dans la mise en œuvre de sa politique aidant, Handeo et Klesia ont créé le label Cap’Handeo, « Entreprise engagée auprès de ses salariés aidants » qui permet à chaque entreprise de valoriser son engagement auprès de ses partenaires et pérenniser ses actions dans la durée.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu