Animaux de compagnie et personnes âgées : toutes les réponses

Adopter un animal quand on est une personne âgée ? C’est excellent pour le moral, le mental, et le corps. Mais comment bien le choisir ? Le soigner ? Faire face aux imprévus sereinement ? Seniors et chiens, chat, oiseaux… : toutes les réponses à vos questions.

Bonjour chien, chat, lapin, poisson… Les animaux de compagnie et les personnes âgées, c’est une vraie histoire d’amour. D’après l’Insee, on trouve un animal familier dans plus de 4 foyers sur 10 où l’âge est de 60 à 69 ans.

Mais ensuite, le chiffre baisse : un tiers des 70-79 ans, un quart des plus de 80 ans. Parce qu’il est plus difficile de bien s’occuper d’un animal avec l’âge ? Oui, mais aussi parce qu’on se pose de plus en plus de questions sur ce sujet au fur et à mesure qu’on vieillit. Voici quelques unes des principales réponses.

 

BESOIN D'ACCOMPAGNEMENT POUR AIDER VOTRE PROCHE A DOMICILE ? VOICI UN GUIDE ESSENTIEL !

"Guide Orizea : pour un lieu de vie adapté à l'avancée en âge", les astuces pour que votre proche puisse continuer à vivre à domicile :

  • Quels sont les services de maintien à domicile adaptés à votre proche ?
  • Quelles aides peuvent être sollicitées selon vos besoins ? 

 

 

Avoir un animal : quels bénéfices pour une personne âgée ?

Bons pour le moral, bons pour le corps : les animaux de compagnie sont extrêmement bénéfiques pour les personnes âgées.
La meilleure preuve ? La zoothérapie -des séances de rencontres et d’activités avec des animaux amenés à la rencontre des résidents- est de plus en plus utilisée dans les maisons de retraite.

Un animal de compagnie permet de rompre le sentiment de solitude

Elle affecte tout un chacun... Mais la solitude touche les seniors plus fortement que les autres. Une personne âgée sur 4 vit seule, parfois loin de sa famille et de ses amis. Le manque d’interactions sociales se fait donc cruellement sentir.

C’est donc le premier intérêt d’un compagnon à poils, à plumes, ou à écailles : rompre la solitude. Non seulement à la maison, où un animal offre une compagnie bienvenue. Mais au dehors, où un chien permet souvent de briser la glace et d’engager la conversation.

Un compagnon à pattes aide à continuer à se sentir responsable

Deuxième bénéfice d’un animal ? Il “oblige” à organiser l’existence du chat, chien, canari ou hamster qui partage sa vie. S’assurer de ses repas à heures fixes, surveiller sa santé, nettoyer sa cage, son aquarium ou sa litière…

Des contraintes ? Oui, mais de bonnes contraintes : elles obligent à rester vigilant, à prendre ses responsabilités, et donc finalement à se sentir toujours utile. C’est très bon pour la confiance en soi et le moral : deux sentiments qui sont souvent plus fragilisés chez les seniors.

 

Bon à savoir : Un animal, bon pour l’Alzheimer

Repas, sorties… Avec une vie réglée comme du papier à musique, un animal de compagnie est une véritable “horloge biologique”. Il va permettre à une personne atteinte de maladie dégénérative comme Alzheimer de conserver ses repères temporels, d’être plus en prise avec la vie réelle, et d’être stimulée. Tout bénéfice 

 

 

Un animal familier oblige à rester actif

C’est évidemment surtout valable pour les animaux qui demandent à être promenés, comme les chiens. En les sortant régulièrement, et en jouant avec eux, leur maître (ou maîtresse) reste actif.

C’est crucial : l’importance de l’activité physique a été démontrée pour les personnes âgées. Pour entretenir la musculature et la mobilité, prévenir les risques cardio-vasculaires… 30 minutes d’activité modérée par jour sont recommandées. Largement atteignables avec les sorties quotidiennes d’un toutou…

Télécharger le guide

Quel animal de compagnie choisir pour un senior ?

Les chiens : pour garder la forme

Si vous (ou votre proche) est en assez bonne condition physique pour des balades régulières, il n’y a pas à hésiter : le chien est un bon choix ! Son propriétaire doit en effet sortir plusieurs fois par jour, avec un vrai plus pour la forme et la sociabilisation.

Mais attention : un chien qui reste trop souvent seul déprime, voire développe des problèmes de comportement. N’en prenez donc un que si vous êtes prêts à vous en occuper en permanence. Et préférez adopter un chien adulte, plus calme : les chiots ont trop d’énergie !

Les chats : pour l’autonomie

Les chats, c’est plutôt l’inverse. Très autonomes, ils peuvent rester longtemps seuls au domicile. Et comme ils n’ont pas besoin d’être sortis, ils sont tout à fait adaptés à un maître dont la mobilité est réduite.

De plus, ils réclament des soins assez simples : de l’eau propre, une litière, de la nourriture… Mais pas de toilette à prévoir. Comme pour les chiens, on recommande d’adopter un chat adulte, et stérilisé. Ainsi, il sera calme et aura déjà appris à être propre.

Oiseaux, poissons, rongeurs… Les petits animaux d’intérieur

Pour une personne disposant d’une mobilité limitée, ces petits animaux d’intérieur représentent le choix idéal. Ils demandent relativement peu d’entretien, peuvent être confiés aux bons soins de voisins ou d’amis au besoin.

Ensuite, c’est une question de goût : le chant réjouissant d’un pinson ou d’un serein, les coloris éclatants d’un ara, le côté “zen” d’un aquarium, la douceur d’un hamster…

Lapins, poules, tortues de terre : les animaux des champs et jardins

Adeptes de la nature, du vert et du jardinage ? Des petits animaux d’extérieur comme les lapins et tortues de mer, voire les poules, peuvent s’avérer d’excellents compagnons. Ils ont l’habitude de la vie au grand air (ils en ont même besoin), demandent assez peu d’attention et de soins… et en cas d’absence, vous n’aurez besoin que de laisser accès à votre jardin pour qu’une personne extérieure vienne s’en occuper.

 

Peut-on encore assumer un animal de compagnie après un certain âge ?

C’est une des craintes qui retient les seniors d’adopter le compagnon dont elles ont pourtant envie : vont-elles pouvoir s’en occuper comme il faut ? Seront-elles obligées de les abandonner si elles sont hospitalisées ?

Comment aller chez le vétérinaire ?

Mobilité compliquée, voiture qui reste (sagement et définitivement) au garage… Se déplacer pour soigner son animal familier peut s’avérer bien compliqué. Mais il existe des solutions.

D’abord le fait de faire appel à un service d’aide à domicile : un auxiliaire de vie peut se charger d’emmener votre compagnon chez le vétérinaire. Autre option : faire venir ce professionnel chez vous. Les vétérinaires à domicile sont peu nombreux, mais ils existent bel et bien !

 

faites-vous conduire CHEZ LE Vétérinaire

Avec le service Sortir Plus, des professionnels vous accompagnent lors de vos sorties. Vous pouvez ainsi emmener votre animal chez le vétérinaire même si vous ne conduisez plus. L'accompagnateur vous conduit jusqu'à la destination et vous attend le temps de votre consultation. Je découvre ce service !

 

Qui va s’occuper de mon animal en cas d’hospitalisation ?

Vous devez être hospitalisé, et n’avez personne sous la main pour accueillir votre chien, chat, poisson rouge… ? Pas de souci, vous disposez quand même de nombreuses solutions de garde :

  • le chenil ou la pension (à réserver plusieurs semaines à l’avance),
  • la famille d’accueil, ou le pet-sitting (plusieurs sites de mise en relation, comme Wamiz, Animaute…, vous permettront d'en trouver près de chez vous),
  • un autre senior : sur les sites Ani Seniors Services, Seniors à votre service, ou Golden Day, des retraités proposent de garder les animaux.

À l’entrée en Ehpad, faut-il se séparer de son animal de compagnie ?

Est-ce que certaines maisons de retraite acceptent les animaux ? La réponse est oui, et de plus en plus souvent d’ailleurs ! Parce que les durées de séjour s’allongent, et que la présence d’un animal aimé est reconnue comme bénéfique, les Ehpad acceptent les petits animaux plus facilement qu’avant. Vous cherchez un établissement qui logera aussi votre compagnon animal ?

Dans notre annuaire des maisons de retraite, scrutez la présence de ce pictogramme :

Maintien à domicile perte d'autonomie

 

Maintien à domicile et perte d'autonomie ?
Découvrez les services et aides indispensables !

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que vous nous communiquez font l’objet d’un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l’exécution de sa mission d’action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution, y compris les assistantes sociales et, s’il y a lieu, ses partenaires et ses sous-traitants éventuels.
Vous pouvez demander l’accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe malakoff médéric humanis – cellule Protection des données personnelles - 141, Rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu