Aidants : comment trouver à qui parler ?

Vous prenez soin d’un proche dépendant ? Vous avez la sensation d’être débordé par cette responsabilité ? Il est sans doute temps pour vous de trouver une écoute, du soutien… et d’échanger sur vos soucis. Entourage, professionnels, autres aidants : voici toutes les solutions pour trouver ce soutien moral.

aidant comment trouver à qui parler

« Je me sens débordé », « je n’ai plus de temps », « je n’ai plus de vie ». Ce sont des phrases qui vous reviennent en tête depuis que vous êtes devenu un « proche aidant » ? Être le soutien numéro 1 d’un proche dépendant (malade, atteint d’un handicap, ou âgé) représente une charge lourde. De plus, concilier vie professionnelle, vie personnelle et responsabilités d’aidants peut s’avérer très compliqué. 

Compliqué ? Mais pas impossible ! Au-delà des aides matérielles auxquelles vous avez droit en tant qu’aidant, il existe en effet de multiples possibilités de soutien moral ou psychologique. Voici les principaux à qui vous devriez faire appel. 

 

Parler de sa situation d’aidant : pourquoi est-ce nécessaire ?

Entre les activités domestiques, les soins à domicile ou les démarches administratives, vous pouvez très vite finir par vous oublier. Vous ne vous écoutez plus et surtout, vous ne parvenez plus à vous faire entendre. 

 

Prendre soin de vous pour prendre soin de l’autre

Que ce soit par volonté de séparer vie professionnelle et vie personnelle, par sentiment de culpabilité ou par crainte d’être pris en position de faiblesse, les raisons sont nombreuses pour les aidants de taire leur situation.

Dans ce contexte, parler est le premier réflexe à retrouver. C’est une façon de revenir à soi et de rompre le processus d’isolement pour plusieurs raisons :

  • D’abord parce que parler de sa situation avec quelqu’un d’extérieur, ça soulage,

  • Ensuite parce qu’échanger avec d’autres personnes permet à la fois de prendre du recul et parfois de trouver des solutions.

Par chance, les personnes vers qui vous tourner sont plus nombreuses que vous ne l’imaginez.

 

À qui en parler autour de vous ?

Les solutions les plus simples sont parfois celles qu’on voit le moins. Pourtant, votre environnement proche vous tend les bras : n’hésitez pas à le solliciter.

 

La famille, les amis : des aides précieuses et de confiance

A force de vous voir tout prendre en charge, votre entourage le plus proche ne sait pas toujours comment se comporter. Il peut avoir pris l’habitude de cette situation et la considérer comme normale, sans imaginer les problèmes auxquels vous êtes confronté. Il peut aussi craindre de poser des questions indiscrètes ou de dire ce qu’il ne faut pas.

C’est donc à vous de faire le premier pas, et de dépasser l’idée que parler de ses difficultés équivaut à admettre sa « faiblesse ». C’est au contraire une façon de partager votre quotidien avec les personnes qui vous entourent, conserver un lien intime avec des êtres chers, leur laisser la chance de prendre le relais et de vous aider quand vous en avez besoin.

Enfin, n’oubliez pas que vous ne vous résumez pas à votre statut d’aidant : on a tous besoin de se changer les idées. S’aménager des temps de détente avec les amis est une nécessité pour « tenir la route » psychologiquement.

 

L’entourage professionnel : osez lui faire confiance

On compte moins d’un aidant sur deux qui fait clairement part de sa situation personnelle sur son lieu de travail. Le plus souvent, c’est la peur d’être mal vu, voire « mis au placard » qui explique ce silence. 

Il existe pourtant de nombreux interlocuteurs vers lesquels se tourner pour concilier vie personnelle et professionnelle. En choisissant la transparence, de nouvelles portes s’ouvrent :

  • Vos supérieurs hiérarchiques pourront trouver des solutions d’aménagement de votre emploi du temps

  • Le service des ressources humaines ou les délégués du personnel seront à même de vous informer sur vos droits professionnels (congé de proche aidant, congé de solidarité familiale, télétravail, RTT, compte épargne temps, temps partiel)

  • Vos collègues les plus proches peuvent d’abord être d’une écoute précieuse. Travaillez de concert avec eux et répartissez-vous intelligemment le travail : ils vous aideront peut-être de cette manière à aérer votre charge et votre temps de travail. 

 

Un thérapeute : pour une aide psychologique individuelle

A force de considérer votre action comme normale et naturelle, vous finissez trop souvent par sous-estimer l’impact de votre nouvelle charge d’aidant dans votre vie quotidienne. Pour mieux prévenir l’épuisement psychologique, vous permettre de vous exprimer et être guidé, ne négligez pas la piste des psychologues professionnels. Ils sont formés pour vous aider à désamorcer certaines situations compliquées et vous apprendront à lutter contre l’isolement. 

Plusieurs solutions se proposent à vous :

  • Prendre rendez-vous avec un psychologue exerçant en libéral. Vous y obtiendrez un suivi au rythme qui vous conviendra.

  • Participer à un groupe de parole : constitué d’autres aidants dans la même situation que vous, le groupe est encadré par des experts de l’aidance parmi lesquels vous trouverez des psychologues.

  • Prenez contact avec les permanences organisées dans diverses associations ou structures médico-sociales, telles que l’association France Alzheimer, les organismes de services à la personneles Clicles accueils de jour, les Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (Ehpad), les centres hospitaliers…

 

Échanger avec d’autres aidants

La famille ou les amis ne suffisent plus à vous aider ? Il faut peut-être vous tourner vers d’autres aidants, qui expérimentent ou ont expérimenté les mêmes difficultés que vous, et sauront vous guider par leur expérience.

 

Les groupes de parole : un véritable bol d’air frais

Partager une expérience commune, cela créé des liens solides. Or, il n’existe pas d’écoute plus attentive et de conseils plus avisés que ceux d’autres aidants qui ont rencontré et continuent d’affronter les mêmes problématiques que les vôtres. 

Il existe autour de vous de nombreux dispositifs qui vous permettront d’entrer en contact avec ces experts de l’aidance. Trouvez les groupes de parole disponibles autour de vous et partez à la rencontre de vos conseillers les plus précieux.

 

Bon à savoir

L’Union « Bistrot Mémoire » propose des lieux d’accueil et d’accompagnement des personnes vivant avec des troubles de la mémoire ainsi que de leurs aidants. Conçus comme des lieux ouverts, les « Bistrots Mémoire » ont pour vocation de maintenir le lien social pour les malades de pathologies neuro-évolutives mais aussi de sensibiliser et former les aidants aux solutions institutionnelles.


 

Bonjour Fred : une plateforme d’entraide unique

Afin de vous aider à entrer en contact avec des personnes qui partagent le même quotidien que le vôtre, découvrez un service unique en son genre : Bonjour Fred, le premier réseau en ligne des aidants partout en France. Grâce à cette plateforme, vous aurez accès chaque semaine à du contenu positif qui vous aidera à prendre soin de vous et des autres. Les articles et vidéos conçus par des experts et des professionnels de la santé vous donneront de précieux conseils pour avancer dans votre parcours d’aidant et une multitude d’idées d’activités. 

Le test de personnalité : « Quel Fred êtes-vous ? », vous permettra de découvrir votre profil d’aidant, révéler et mettre à profit vos forces et vos compétences.

En prime, le site s’accompagne d’une page Facebook : rejoignez vous aussi la communauté des Fred pour échanger, trouver une écoute attentive, poser toutes vos questions et vous encourager au quotidien.

 

Le « café des Aidants » pour se rencontrer et se soutenir

Initiative de l’Association Française des Aidants, les « cafés des Aidants » sont des lieux et espaces de rencontre organisés une fois par mois. Présents partout en France et co-animés par un travailleur social et un psychologue expert, ces groupes de parole vous permettent d’échanger sur des thématiques précises. Ces moments de convivialité ne sont pas seulement l’occasion d’échanger des informations précieuses et des solutions concrètes à vos problèmes : ils constituent aussi des temps de « respiration » très précieux psychologiquement. 

 

 Les permanences téléphoniques : un soutien 24h / 24

Les charges du quotidien ne vous permettent pas de vous déplacer ? Pas de problème : il existe plusieurs permanences téléphoniques pour briser votre isolement, et vous offrir la possibilité d’être soutenu et guidé à domicile par des conseils experts :

  • Pour échanger avec d’anciens aidants, l’Association Avec nos proches a créé une ligne disponible tous les jours de 8h à 22h. Parce qu’ensemble on est plus forts, n’hésitez pas à contacter le 01 84 72 94 72 : vous discuterez anonymement avec d’anciens aidants qui sont passés par les mêmes épreuves et qui vous aideront à trouver le bout du tunnel

  • Pour les proches de malades d’Alzheimer, Allo Alzheimer est une ligne disponible 7j / 7 de 20h à 22h au 09 70 818 806 : vous serez mis en contact avec des spécialistes d’une maladie bien connue mais toujours aussi difficile à accompagner. 

  • Sur le site Essentiel Autonomie, conçu pour répondre aux besoins des aidants et des aidés, des conseillers téléphoniques sont accessibles au 09 72 72 72 20 pour simplifier les situations compliquées

 

Les forums et réseaux : une aide pas si virtuelle que ça …

Outre les permanences téléphoniques, de nombreuses associations sont à l’origine de réseau d’entraide virtuelle.

  • L’Association Avec nos proches dispose elle aussi d’une page Facebook qui permet de fédérer un réseau de proches-aidants : échangez avec eux au quotidien et rencontrez ceux qui sont les plus proches de vous pour vous soutenir chaque jour.

  • A l’image d’Essentiel Autonomie, l’Association Aidons les Nôtres met à votre disposition un site d’information sur l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie. Vous y trouverez un forum de discussion, véritable communauté d’aidants où plus de 2000 questions ont déjà trouvé des réponses.

Guide des aidants : 7 astuces

 

Vous aidez un proche au quotidien ?
Retrouvez nos trucs et astuces

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que vous nous communiquez font l’objet d’un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l’exécution de sa mission d’action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution, y compris les assistantes sociales et, s’il y a lieu, ses partenaires et ses sous-traitants éventuels.
Vous pouvez demander l’accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe malakoff médéric humanis – cellule Protection des données personnelles - 141, Rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu