Aidants : comment bien vivre l’entrée en Ehpad de votre proche ?

Culpabilité, soulagement, un peu des deux ? Pas facile de gérer ses sentiments au moment de laisser partir un proche en Ehpad. Ni de savoir quelle place occuper désormais à ses côtés. Rester un aidant en maison de retraite c’est pourtant possible. Apprenez comment faire pour poursuivre votre mission de soutien et d’accompagnement.

aidant entrée ehpad proche

Loin d’être une solution de facilité, l’entrée en maison de retraite s’impose souvent comme une nécessité quand la perte d’autonomie du proche aidé devient trop importante pour permettre un maintien à domicile : c’est une charge que vous, aidants, ne pouvez plus assumer seul et qui met en péril la sécurité de la personne dont vous prenez soin. Dans 8 cas sur 10 (enquête du Credoc pour AG2R La Mondiale), c’est à vous de prendre cette décision. La responsabilité est lourde à porter de même que le sentiment d’abandon et les changements que ce départ occasionne dans votre quotidien. Il existe toutefois des solutions pour mieux vivre ce moment décisif.

 

Les premiers jours : bien négocier l’arrivée en Ehpad

Votre sérénité en tant qu’aidant dépend de celle du proche aidé. Pour l’accompagner dans cette étape délicate, ne faites pas l’économie du dialogue : discutez avec lui de son intégration en établissement d’accueil et préparez-la avec bienveillance.

 

 

Construire et préserver un environnement familier

Changer de cadre de vie est très perturbant pour des proches dépendants qui ont besoin d’un cadre familier et rassurant au quotidien. Il peut aussi être douloureux pour un aidant de lui rendre visite dans un cadre froid et étranger. Pour que tout le monde se sente comme à la maison, pensez à aménager son logement / sa chambre :

 

BON A SAVOIR

Pour ceux qui n’ont pas toujours la possibilité d’être présent au quotidien, il existe une multitude de solutions pour le partage de photos à distance

 

L’accueil du proche aidant au sein de la maison de retraite

Ce sont sans doute les premiers moments en Ehpad qui sont les plus délicats à gérer pour les nouveaux résidents comme pour leurs aidants. Parmi les plus symboliques d’entre eux figure le moment du repas. 

De très nombreuses maisons de retraite laissent aux proches aidants la possibilité d’y participer. Si vous en avez la possibilité, saisissez cette occasion :

 

Par la suite : rester un aidant … mais autrement

Vous avez l’impression d’abandonner votre proche et vous en éprouvez de la culpabilité ? Vous avez du mal à vivre le fait de ne plus tout maîtriser ? Pas facile de passer la main après avoir pris soin d’un proche dépendant pendant de nombreuses années. Pourtant, son intégration en maison de retraite ne met pas un terme à votre mission. Vous devez désormais apprendre à rester un aidant mais … autrement.

 

S’investir dans la vie en maison de retraite : c’est possible … et tout le monde y gagne

Un Ehpad n’est pas un endroit où vous abandonnez définitivement le proche dont vous vous occupez. Il s’agit, au contraire, d’un lieu d’accueil dont vous pouvez être partie-prenante.

La loi de 2002 sur la rénovation de l’action sociale et médico-sociale confère un cadre légal à votre statut et votre champ d’intervention :

 

Participer aux activités

Vous craignez que l’entrée en maison de retraite n’instaure une distance avec vos proches ? Soyez rassuré : l’éloignement n’est pas une fatalité si vous acceptez de faire un pas de côté et de changer vos habitudes.

Loin d’être des espaces fermés, nombreuses sont les maisons de retraite qui font appel aux familles et aux aidants pour les accompagner et les épauler dans différentes activités. Qu’il s’agisse :

... les Ehpad vous donnent la possibilité d’y participer selon vos disponibilités.

En acceptant d’être déchargé de toute l’intendance qui vous incombait, vous pourrez désormais partager du temps de qualité avec vos proches. Réapprenez les gestes simples : vous promener avec eux, participer à leurs activités ou, tout simplement, parler avec eux. 

Allégé du poids des soucis et des responsabilités, vous aurez désormais l’esprit libre pour construire une relation faite uniquement d’écoute, d’attention et de plaisir.

 

Se retrouver soi-même après s’être consacré à l’autre

Que vais-je faire de tout ce temps désormais libre ? De quoi mon quotidien sera-t-il fait ? Laisser partir un proche dépendant c’est aussi entrer dans une ère où il va vous falloir trouver un nouvel équilibre après des années d’aide à domicile.

 

S’accorder du temps pour prendre de nouvelles habitudes

Le changement le plus important auquel vous devrez faire face sera sans doute celui de votre emploi du temps. Ne négligez pas cette période transitoire de désœuvrement qui peut parfois vous déstabiliser dans votre quotidien. Occuper le temps désormais libéré avec des activités de loisir présente de nombreux avantages :

 

Dépasser les sentiments douloureux

Culpabilité, échec et sentiments de solitude sont autant de sentiments douloureux qui peuvent vous assaillir au moment du départ de votre proche dépendant. Vous ne pourrez pas l’aider à se sentir bien dans son nouveau cadre de vie si vous ne réglez pas votre propre mal-être. Mais comment faire pour le dépasser ?

Sachez que les maisons de retraite mettent à votre disposition des groupes de paroles et d’échange. En discuter vous permettra d’aller de l’avant beaucoup plus rapidement :

Guide des aidants : 7 astuces

 

Vous aidez un proche au quotidien ?
Retrouvez nos trucs et astuces

Les informations que vous nous communiquez font l’objet d’un traitement par votre institution de retraite complémentaire en vue de l’exécution de sa mission d’action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution, y compris les assistantes sociales et, s’il y a lieu, ses partenaires et ses sous-traitants éventuels.

En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit de demander l’accès, la rectification ou l’effacement de vos données, et de décider du sort de celles-ci après votre décès. Vous disposez également du droit de vous opposer au traitement de vos données pour motifs légitimes, de limiter leur traitement et d’un droit à la portabilité de vos données personnelles dans les limites fixées par la loi. Ces droits peuvent être exercés directement sur notre site via nos formulaires, par email à dpo@malakoffhumanis.com ou par courrier à Malakoff Humanis, Pôle Informatique et Libertés, 21 rue Laffitte 75317 Paris Cedex 9. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données à caractère personnel accessible sur notre site internet.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu