Au travail, comment orienter les salariés aidants ?

Pour parvenir à concilier vie personnelle et vie professionnelle, la clé est souvent d’être bien conseillé. Pour mieux accompagner vos salariés aidants et répondre à leurs besoins, apprenez vers quels professionnels les orienter.

orienter un salarié aidant

En tant que dirigeant ou responsable RH, vous souhaitez venir en aide aux salariés de votre entreprise qui assument le rôle de proche aidant. Vous n’avez pas toutes les réponses à leurs questions ? Vous avez la possibilité de leur indiquer vers qui se tourner. Qu’ils soient en demande de soutien psychologique, d’informations sur leurs droits ou de conseils pratiques, Essentiel Autonomie vous aide à faire le tour des interlocuteurs les plus adaptés à leurs besoins.

 

Dans votre entreprise : des interlocuteurs de proximité

En développant une politique aidants de qualité et en formant vos cadres à devenir des interlocuteurs qualifiés, vos salariés aidants obtiendront des réponses rapides et un accompagnement de qualité.

Le manager : en première ligne

Le manager occupe une place stratégique dans l’accompagnement du salarié aidant. En première ligne sur le terrain, il est son interlocuteur direct. S’il est sensibilisé aux problématiques de l’aidance, le manager sera en mesure :

  • de reconnaître les premiers signaux d’alerte,
  • d’identifier les situations,
  • d’établir un climat de confiance,
  • d’engager un dialogue avec le salarié aidant qui en manifesterait le besoin.

Grâce à sa connaissance des équipes et des personnels, le manager est le premier relais pour rechercher des solutions. Gestion des retards ou absences non prévues, réorganisation de la charge ou du temps de travail, mise en œuvre d’un dialogue avec les autres ressources internes de l’entreprise... le manager dispose de nombreuses solutions pour faciliter le quotidien du salarié aidant et l’aider à concilier vie personnelle et vie professionnelle.

 

Le responsable RH : au pilotage

En charge des ressources humaines et garant de la qualité de vie au travail, le responsable RH est le pilote de la politique aidants mise en œuvre au sein de l’entreprise. Il a la responsabilité de déployer l’ensemble des ressources utiles aux salariés aidants et il lui appartient :

  • de rechercher et mobiliser des professionnels de l’aidance,
  • de mettre en place un plan de formation aux problématiques de l’aidance pour les cadres de l’entreprise,
  • d’assurer le dialogue entre les différents acteurs qui œuvrent pour une amélioration de la santé au travail.

En dernier lieu, le Directeur des Ressources Humaines doit pouvoir être force de propositions pour les salariés aidants qui recherchent des solutions à leurs problématiques notamment en adaptant le poste de travail à la situation du salarié.

 

Le médecin du travail et l’assistante sociale : en soutien

Outre leur expertise sur le sujet, médecine du travail et assistance sociale sont les deux services les plus à même d’anticiper et prendre en charge l’altération de santé des salariés aidants dont 41% avouent manquer d’efficacité au travail à cause du stress et de la fatigue engendrés par leur situation.

Ces deux services assurent une mission de prévention et d’accompagnement des risques liés à la charge d’aidant. S’ils sont tenus par des règles de confidentialité, ils peuvent servir d’intermédiaires entre salariés et cadres de l’entreprise et/ou les alerter sur une situation.

 

Les syndicats et instances représentatives du personnel : des référents

On estime aujourd’hui que 35% des salariés aidants n’ont pas parlé de leur situation à leurs dirigeants, le plus souvent par crainte des conséquences négatives sur leur carrière.

Il est donc important de favoriser le dialogue entre salariés et instances représentatives du personnel qui ont pour fonction :

  • d’assurer la défense individuelle et/ou collective des salariés en prévenant toute forme de discrimination,
  • de négocier des accords favorables aux salariés aidants dans le cadre du dialogue social,
  • d’alerter les dirigeants sur la situation sanitaire et sociale de leurs salariés.

 

Les ressources externes à l’entreprises : des professionnels de l’aidance à l’écoute des besoins

Dans le top 5 des actions jugées les plus utiles par les proches aidants, 57% d’entre eux souhaiteraient qu’il y ait une meilleure coordination entre tous les acteurs de l’aidance. En tant que dirigeant ou DRH, vous n’avez pas vocation à devenir un professionnel de ce domaine. En revanche, vous pouvez apprendre à en maîtriser l’environnement et les acteurs principaux afin d’orienter vos salariés vers l’interlocuteur le plus approprié.

 

Bon à savoir

Pour répondre aux attentes et enjeux des entreprises, Malakoff Humanis propose le Diagnostic et protection du capital humain, une démarche d’accompagnement personnalisée qui intègre des solutions particulièrement adaptées au contexte COVID-19.

 

Les organismes publics

Conscients du nombre croissant d’aidants familiaux au sein de la société (ils sont aujourd’hui 11 millions), les pouvoirs publics se sont emparés de cette question ces dernières années. Il existe aujourd’hui de nombreux organismes à même d’accompagner les proches aidants en leur offrant un soutien psychologique, des conseils pratiques, des interlocuteurs qualifiés et de nombreuses aides financières.    

 

Le CCAS : le carrefour d’information local

Chaque commune ou groupement de commune dispose d’un Centre Communal d’Action Sociale, premier organisme de référence pour les personnes en perte d’autonomie et leur proche aidant. Ils aident principalement à la constitution des dossiers pour les demandes d’aide sociale et/ou médicale. Ils ont aussi en leur possession une liste des organismes, professionnels et ensemble des ressources auxquelles avoir recours.

 

Le CLIC : un accompagnement départemental

Il existe dans chaque département un Centre Local d’Intervention et de Coordination gérontologique, véritable accueil pour l’information, le conseil et l’orientation des personnes âgées et leur entourage. Les CLIC ont pour mission de :

  • évaluer vos besoins,
  • mettre en place un plan d’accompagnement,
  • mettre en relation les différents professionnels entre eux.

 

La MDPH : pour les questions liées au handicap

Lieu d’accueil unique dans chaque département, la Maison Départementale des Personnes Handicapées informe, oriente et accompagne les personnes handicapées ainsi que leur famille. Elle aidera, entre autres, les personnes concernées à faire une demande de Prestation de Compensation du Handicap.

 

Le PIF : au soutien des familles

Les Points Info Famille ont pour vocation d’être des lieux d’accueil et d’information à destination des familles, notamment sur les démarches administratives.

 

Les organismes d’assurance maladie et caisses de prévoyance

Si un ou plusieurs de vos salariés assument le rôle de proche aidant, n’hésitez pas à les orienter vers :

  • leur CPAM, pour obtenir des renseignements concernant de possibles prestations complémentaires comme l’Allocation Journalière d’Accompagnement d’une Personne en fin de vie dont peuvent parfois bénéficier certains salariés bénéficiaires du congé de solidarité familiale,
  • les caisses d’assurance retraite (CNAV, CARSAT) qui peuvent attribuer des aides,
  • la caisse de retraite complémentaire des salariés du secteur privé AGIRC/ARRCO,
  • les institutions santé et prévoyance en contrat avec votre entreprise, qui mettent de plus en plus souvent en place des actions d’accompagnement et de prévention.

 

Les associations

Assumer le rôle de proche est une responsabilité lourde à porter. Pour trouver de l’écoute, du conseil et du soutien, de nombreuses associations permettront à vos salariés aidants d’entrer en contact avec d’autres personnes dans la même situation qu’eux.

Fondée en 2003, l’Association Française des Aidants est l’une des plus grandes associations militant pour la reconnaissance du rôle et de la place des aidants dans la société. Elle assume une mission d’information, d’accompagnement et de formation des proches aidants. Elle est aussi à l’origine de l’initiative « Le Café des Aidants », groupes de parole répartis partout sur le territoire et animés par un travailleur social et un psychologue expert.

De manière générale, les associations d’aidants sont nombreuses en France, en particulier si l’on recherche des associations spécialisées dans certaines pathologies telles que France Alzheimer, APF France Handicap, l’Union Nationale des Familles et Amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques, la Ligue Nationale contre le Cancer, Autisme France

 

Les ressources en ligne et à distance

Sites, applications, forums … ils sont devenus l’outil n°1 pour trouver toutes les réponses à nos questions et certains d’entre eux font référence chez les proches aidants. Tour d’horizon des numéros à joindre ou des adresses les plus utiles à consulter pour obtenir des conseils pratiques en tant que salarié aidant.

Les permanences téléphoniques

Dans des moments de solitude, de faiblesse, des situations d’urgence ou de détresse, il est toujours utile de pouvoir se tourner vers une oreille attentive et en mesure de nous apporter l’aide dont nous avons besoin. Facile et pratique, des permanences téléphoniques répondent présent à n’importe quel moment :

  • l’association Avec nos Proches a créé une ligne disponible tous les jours de 8h à 22h au 01 84 72 94 72 pour discuter anonymement avec d’anciens aidants,
  • la nouvelle plateforme gouvernementale pour les personnes âgées et leurs proches aidants est accessible au 0820 10 39 39,

 

bon à savoir

Besoin de soutien et d’écoute ? La Maison des Aidants a conçu une liste de permanences téléphoniques d’écoute en fonction des pathologies.

 

Les sites d’informations

Les sites officiels des associations d’aidants sont des mines d’information. On relèvera plus particulièrement parmi eux :

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu