NON STOP - L’aidant familial n’a plus de temps pour lui

Rendez-vous oubliés, apparence physique négligée, épuisement, tensions au sein du couple… Aider un proche conduit souvent à l’oubli de soi. Alors, si comme Marie vous vous sentez dépassé, c’est qu’il est temps de vous faire aider.

NON STOP - épisode 7

Pourquoi l'aidant se néglige ?

Aider un proche en situation de dépendance est un investissement conséquent : courses, toilette, ménage, démarches administratives, soutien moral... occupent l’aidant environ 16 heures par semaine. Un temps qui s’ajoute à la vie professionnelle et familiale et qui ne laisse plus l’occasion de s’occuper de soi.

 

J’ai passé trois ans sans sortir. J’avais perdu 18 kilos. Je faisais tout au pas de course pour être le plus possible auprès d'Alain. Mon médecin me disait que j’allais faire un burn-out. Mais je pensais tenir le coup ! (…) Même lorsqu’Alain était sous surveillance médicale, je restais auprès de lui. Virginie, aidante

 

bon à savoir

Les SPASAD (Services polyvalents d’aide et de soin à domicile) proposent à la fois des soins infirmiers et des aides à domicile. Les prestations sont coordonnées par le service. L’accompagnement est ainsi plus fluide et sécurisant.

 

Les conséquences sur la vie de l’aidant peuvent rapidement devenir lourdes. En réponse à cette charge et aux responsabilités engendrées, le stress s’installe, accompagné par une fatigue croissante lorsque l’aidant n’est pas relayé. Dur, dur alors de répondre aux sollicitations du quotidien : les invitations des amis ou du conjoint passent à la trappe face à l’épuisement, qui peut, si l’on n’y prend pas garde, se transformer en burn-out.

 

Le répit est indispensable. En s’épuisant, l’aidant peut devenir maltraitant sans s’en rendre compte. L’important est la personne aidée et qu’elle soit heureuse avec l’affection et les soins quotidiens qui lui sont apportés. La poussière peut attendre… Isaac, responsable d’un service d’aide à la personne

 

 

a noter

Il existe des ateliers pour les aidants dans le but de leur apporter un moment de détente pour souffler, faire face au stress et se reposer. Pour plus d’informations, se rapprocher des Clics ou d’associations comme l’Association Française des Aidants , France Alzheimer etc. 

 

Retrouver du temps pour soi

Des solutions existent pour aider les aidants à trouver de l’aide, mais cette situation demeure encore, pour beaucoup, source de culpabilité. En effet, les aidants familiaux hésitent à déléguer les tâches et à chercher du soutien et cette démarche exige parfois un travail sur soi.

 

Je n'ai pas le temps ! Accepter de rencontrer un psychologue est surtout une question de temps et les aidants n’en ont pas suffisammentAnna, aidante

 

La première étape consiste à sortir de l’isolement et à identifier le type d’aide nécessaire. Il peut s’agir d’un soutien auprès de ses amis et de ses proches, d’informations de professionnels de santé, d’une aide-ménagère ou de services de repas destinés au malade, d’un hébergement temporaire, de soins infirmiers, etc.

 

bon à savoir

Trouver un établissement pour personnes âgées sur l’annuaire en ligne d’Essentiel Autonomie.

 

Les aidants peuvent également participer à des groupes d’échanges et de soutien qui permettent de partager les expériences et les informations.

 

Enfin, l’aide d’un(e) psychologue peut également aider à dénouer les tensions qui peuvent se créer au sein de la famille et du couple.

 

Les conseils de Graziella Cotti, psychologue clinicienne et psychologue du travail

L’oubli de soi : il s’agit d’un ressenti que l’on ne peut reconnaître comme tel et que l’on projette sur son interlocuteur. Lorsqu’un aidant n’a ni confiance en lui, ni en la personne aidée, il pense qu’aucune autre personne ne sera capable de s’en occuper et de faire ce qu’il faut.

 

Pourtant, il ne faut pas attendre pour consulter, quand un aidant éprouve de la difficulté à faire les choses, les penser, les organiser ou qu’il a des problèmes de sommeil ou d’alimentation, c’est que ses limites sont atteintes. Alors avant l’écroulement, il vaut mieux consulter.

 

Conseil

Comme Marie, vous avez l’impression d’être partout à la fois et de devoir tout gérer ? La charge de l’aide est non seulement matérielle, physique mais aussi mentale. Ne négligez pas les signaux comme la fatigue. Parlez-en à votre médecin traitant et cherchez autour de vous des espaces d’échange et de partage proposés par des associations.

 

Un petit conseil entre nous : rendez-vous sur Essentiel Autonomie, vous y trouverez des solutions pour vous soulager.

 

Téléchargez le guide : 6 idées pour aider sans s'épuiser

 

Vous aidez un proche au quotidien ?
Téléchargez le guide !

Les informations que vous nous communiquez font l’objet d’un traitement par votre institution de retraite complémentaire en vue de l’exécution de sa mission d’action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution, y compris les assistantes sociales et, s’il y a lieu, ses partenaires et ses sous-traitants éventuels.

En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit de demander l’accès, la rectification ou l’effacement de vos données, et de décider du sort de celles-ci après votre décès. Vous disposez également du droit de vous opposer au traitement de vos données pour motifs légitimes, de limiter leur traitement et d’un droit à la portabilité de vos données personnelles dans les limites fixées par la loi. Ces droits peuvent être exercés directement sur notre site via nos formulaires, par email à dpo@malakoffhumanis.com ou par courrier à Malakoff Humanis, Pôle Informatique et Libertés, 21 rue Laffitte 75317 Paris Cedex 9. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données à caractère personnel accessible sur notre site internet.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu