Mesures du gouvernement pour les aidants : en quoi elles pourraient vous aider ?

Vous en avez peut-être entendu parler, le 23 Octobre 2019, le gouvernement a annoncé la mise en place d'un plan avec des moyens importants pour accompagner les aidants. Vous apportez votre aide à un proche régulièrement ? Vous êtes aidant ! Alors ce « Plan aidant » vous concerne, mais vous aimeriez comprendre en quoi consistent ces mesures et en quoi elles pourraient vous être bénéfiques ? Retrouvez toutes vos réponses dans ce décryptage.

Ce plan aidant est constitué de 17 mesures pour un budget de 400 millions d'euros. Cette annonce était très attendue et continue la dynamique lancée ces derniers mois, notamment avec l’annonce de la Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, concernant le congé de proche aidant rémunéré.

 

 

Qui est concerné par les mesures du gouvernement pour les aidants ?

Le plan annoncé par le gouvernement est plutôt transverse puisqu’il ne concerne pas seulement les proches en perte d'autonomie liée à l'âge mais également les proches malades ou atteints de handicap. Les jeunes aidants sont aussi concernés par ces mesures.

 

Des mesures pour rompre l’isolement des aidants

La plupart des personnes qui aident un proche le font tellement naturellement qu’ils ignorent dans la majorité des cas qu’ils sont aidants. Lorsque ce rôle prend une place plus importante dans leur vie, qu’ils font face à une période plus compliquée ou qu’ils se sentent démunis face à une situation, les aidants expriment alors le besoin de partager leur expérience, d’être écouté et accompagné.

Mais actuellement, difficile de savoir par où commencer ? L’Etat veut rompre ce sentiment d’isolement des aidants et les soutenir au quotidien dans leur rôle, en les informant et en les accompagnant, mais comment concrètement ? 

4 mesures qui pourront alors faciliter l’accès à l’information et l’accompagnement de la personne aidante :

  • Une ligne téléphonique pour vous apporter une écoute active. Dès 2020, vous pourrez ainsi appeler ce numéro pour parler, trouver un interlocuteur de proximité ou obtenir des informations de premier niveau sur votre rôle d’aidant, la situation de votre aidé ou les aides par exemple.
  • Des lieux d’accueil seront implantés pour vous recevoir et vous orienter dans le paysage des aides et de l’accompagnement disponibles, en fonction de vos besoins.  
  • Une plateforme numérique pour trouver où vous adresser pour trouver des réponses près de chez vous.
  • Plus d’accompagnements réalisés par des professionnels ou d’autres aidants, comme par exemple des séances en collectif ou individuel (type les cafés des aidants), des formations.

 

Guide des aides pour les aidants

 

Des mesures en faveur des droits des aidants 

61% des aidants travaillent (baromètre APRIL BVA 2019) et l'aide apportée à un proche a souvent un impact sur son activité professionnelle. Le temps que vous consacrez à vos tâches d’aidant vous pousse souvent à réduire ou cesser votre activité professionnelle. Au-delà de la perte de revenu, les aidants ont exprimé un besoin de reconnaissance, passant par plus de droits et une simplification des démarches administratives.

Pour aller plus loin > 

 

Des dispositifs pour les aidants salariés existent déjà mais ils sont malheureusement insuffisants. Le gouvernement a décidé d’agir à travers 4 mesures autour du congé de proche aidant, pour le rendre plus avantageux et plus flexible. Mais en quoi ce congé va-t-il évoluer ?

  • Le congé de proche aidant sera indemnisé pour les salariés, les travailleurs indépendants, les fonctionnaires et les chômeurs indemnisés, dès octobre 2020, à hauteur de 43€ par jour si vous vivez en couple ou 52€ par jour si vous vivez seul.
  • Vous n'aurez plus besoin d’attendre d’avoir 1 an d’ancienneté pour pouvoir en bénéficier.
  • Ces périodes de congé ne compteront plus dans le calcul des droits au chômage pour éviter une baisse des allocations.
  • Automatiquement, le congé de proche aidant indemnisé sera pris en compte pour vos droits à la retraite, sans formalités à accomplir.

 

Des mesures pour permettre aux aidants de concilier vie personnelle et vie professionnelle

25% des aidants ont dû s’absenter au cours des 12 derniers mois pour s’occuper de leur proche. (Novartis – BVA 2008). C’est en effet la réalité des aidants qui sont encore en activité professionnelle. Ils doivent jongler entre leurs obligations pro, perso et le temps qu’ils consacrent à leur proche. Vous avez peut-être déjà connu ça : aménagement du temps de travail, arrêts de travail, culpabilité, fatigue…

 

Comment peut-on améliorer les conditions des aidants au travail ? 3 mesures sont proposées :  

  • Le congé de présence parentale et l’allocation journalière de présence parentale seront plus souples. Ils pourront être pris de façon fractionnée, par demi-journées. Vous pourrez ainsi aller plus facilement aux rendez-vous médicaux de votre enfant handicapé par exemple.
  • L’expérience acquise en apportant votre aide à un proche sera reconnue, ce qui facilitera les parcours professionnels des aidants qui ont dû arrêter de travailler pendant longtemps.
  • Le soutien aux proches aidants sera désormais inscrit parmi les critères de RSE (responsabilité sociale et environnementale des entreprises) et fera partie des thèmes de la négociation obligatoire dans les entreprises.

 

Des mesures pour offrir plus de solutions de répit aux aidants

En aidant un proche qui vit à domicile, la fatigue se fait souvent ressentir. Beaucoup d’aidants aimeraient ainsi être davantage soutenus, notamment via des solutions de répit qui leur permettraient de souffler le temps nécessaire.

 

A travers un budget de 105 M€ alloué sur la période 2020-2022 pour le renforcement et la diversification des solutions de répit, le gouvernement montre sa nouvelle ambition. En collaboration avec des acteurs locaux, des associations, des entreprises privées, l’objectif est :

 

« Parce que le répit ne se conçoit pas seulement à travers l’intervention de structures spécialisées, une expérimentation sera conduite en 2020 pour favoriser l’accueil dans les centres de vacances de « droit commun » des familles avec enfants en situation de handicap. » 

 

Des mesures pour agir en faveur de la santé des proches aidants

31% des aidants délaissent leur propre santé – Baromètre BVA April 2018. Et pour cause ! Stress, fatigue, emplois du temps bien remplis… Les aidants ont tendance à repousser leurs soins de santé pour privilégier celle de la personne dont ils s’occupent. Pourtant, il ne faut pas négliger sa propre santé car cela pourrait avoir un impact sur la qualité de l’aide que l’on apporte. Quelles sont les mesures prévues pour la santé des aidants ?

  • En 2020 aura lieu une enquête de Santé publique pour comprendre les risques qui pèsent sur la santé des aidants.

  • Dans le dossier médical partagé, le rôle de proche aidant sera indiqué. Ainsi, si un aidant a un accident, les professionnels auront connaissance de son rôle d’aidant et pourront s’assurer que le proche est bien pris en charge en son absence.
  • La prévention se fera à travers des professionnels de santé ou d’accompagnement, avec l’instauration d’un « réflexe proches aidants ».

 

Ce « réflexe proches aidants » sera amorcé par une formation des professionnels de santé dès 2020, et des professionnels des établissements et services médico-sociaux avec une formation à distance en 2021. Des outils d’évaluation à destination des professionnels seront mis en place afin de diagnostiquer la santé des proches aidants plus facilement.

 

Un rendez-vous de prévention

Au moment du passage à la retraite, si vous êtes aidant, vous serez automatiquement inscrit à un rendez-vous de prévention.

 

Des mesures pour épauler les jeunes aidants

Les jeunes aidants sont des enfants et adolescents qui apportent un soutien à un proche : notamment à leur mère pour 52% des cas. Ces jeunes apportent une aide comparable à celle d’un adulte, ce qui peut avoir des conséquences sur leur vie sociale ou leur vie scolaire, mais pour beaucoup d’entre eux, cette expérience leur apporte une autonomie dont ils sont fiers.

Pour accompagner ces jeunes aidants, le gouvernement prévoit 2 mesures phares :

  • Sensibiliser le personnel de l’Éducation nationale, pour repérer et orienter les jeunes aidants, grâce à des outils efficaces et co-construits avec le monde associatif. Dans un premier temps, une expérimentation sera lancée en 2020 dans deux régions (Île-de-France et Occitanie).
  • Aménager les rythmes d’étude pour les étudiants aidants, dès fin 2019, à condition qu'ils soient assidus et qu'ils passent leurs examens.

 

 

Un comité de suivi

Pour suivre la mise en œuvre et l’impact de ces 17 mesures, un comité de suivi présidé par Agnès Buzyn et Sophie Cluzel, et associant les parties prenantes, se réunira tous les six mois. Le comité pourra proposer de nouvelles mesures en faveur de la simplification des démarches administratives des aidants et de l’accompagnement des parcours.

 

Retrouvez le dossier complet du gouvernement > 

 

 

Besoin d’aide pour vos aides financières ?
Zoom sur 16 dispositifs pour votre proche et vous

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que vous nous communiquez font l’objet d’un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l’exécution de sa mission d’action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution, y compris les assistantes sociales et, s’il y a lieu, ses partenaires et ses sous-traitants éventuels.
Vous pouvez demander l’accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe malakoff médéric humanis – cellule Protection des données personnelles - 141, Rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu